Concernant la Calligraphie Japonaise

Ce qu'il faut retenir avant d'apprendre la Calligraphie Japonaise

 

En France, la calligraphie japonaise est très souvent la traduction de "Sho-Dô (書道)".

Mais alors, connaissez-vous le "Shû-Ji (習字)" ?

 

Depuis que j'enseigne la calligraphie, j'ai remarqué que les français ne font pas une distinction entre ces deux disciplines. Le Sho-Dô et le Shû-Ji sont deux choses complètement différentes, mis à part un seul point commun - l'écriture, car les objectifs sont différents.

 

Je vous invite donc à bien comprendre ces différences et à opter pour la discipline qui vous convient, selon vos objectifs.

Shû-Ji (習字)

 

Également appelé "Sho-Sha (書写)" ou "Kaki-Kata (書き方)", le Shû-Ji a pour but d'écrire correctement et précisément les caractères ordonnés, tout en respectant strictement l'ordre de traits.

 

À cet effet, les traits de bases constituant l'essentiel des caractères, ce qui est important, c'est la forme des caractères. Le Shû-Ji se pratique avec un pinceau (毛筆/Mô-Hitsu) et un crayon ou un stylo (硬筆/Kô-Hitsu), en s'efforçant de réaliser une belle écriture.

 

Au Japon, le Shu-Ji, matière obligatoire, est enseigné à l'école primaire et au collège, dans le cadre du cours du japonais.

Les japonais continuant d'écrire souvent à la main, une belle écriture est fortement appréciée et demandée dans la société japonaise.

Sho-Dô (書道)

 

Le Sho-Dô veut dire la voie de l'écriture. Le but final est que chacun réalise une œuvre exprimant son caractère.

 

Differents types d'apprentissage existent et chaque maître a ses propres mèthodes.

 

Nous pouvons apprendre les différentes techniques et styles d'écritures (Kaï-Sho/楷書, Gyô-Sho/行書, Sô-Sho/草書, Reï-Sho/隷書, Ten-Sho/篆書 et Kana/仮名) et leur histoire, grâce aux anciennes écritures classiques de grands maîtres chinois et japonais. Tous ces éléments et acquis contribuent à former, in fine, votre façon personelle de vous exprimer au travers d'œuvres uniques et originales.

Il n'existe donc pas de traits de base, comme c'est le cas du Shû-Ji.

 

Au Japon, le Sho-Dô est en effet un art et il y a même des écoles dédiées à cet art. Le Sho-Dô n'est pas forcément enseigné au sein de l'école. Même s'il n'est pas autant apprécié dans la vie sociale, cette écriture originale est, plus que l'écriture Shû-Ji, présente un peu partout dans la société et dans l'espace public (temples, sanctuaires par exemple).

Sho-Dô artistique (書道アート)

 

Comme mentionné précédemment, le Sho-Dô est déjà en soi un art et il recourt à différentes techniques et styles d'écritures. Quant au Sho-Dô artistique, il accorde beaucoup d'importance à inspiration de l'artiste et s'appplique non seulement à la forme des caractères mais à l'interprétation du sens des mots écrits. Il est plus libre et il y a plus de façon de s'exprimer que le Shû-Ji - qui respecte fidèlement les modèles - et que le Sho-Dô - qui exprime avant tout le caractère de l'artiste.

Le Sho-Dô artistique s'harmonise naturellement à l'espace de vie, et est souvent utilisé comme objet de décoration intérieure, colle enseigne ou logo de boutique ou de restaurant.

 

Dans tous les cas, pour pouvoir pratiquer le Sho-Dô artistique, la connaissance et l'expérience du Sho-Dô s'imposent, et non celles du Shû-Ji.

Mes coordonnées

MIDORI

Satoko (Hohsui) MORI

 

E-mail :

contact@midori-mori.fr

 

N'hésitez pas à utiliser notre formulaire de contact.